Archives Témeriennes

Discussion dans 'Taverne' créé par AyCoca, 14 Octobre 2017.

  1. AyCoca

    AyCoca Administrateur Membre du personnel Administrateur Membre

    Inscrit:
    12 Avril 2017
    Messages:
    9
    J'aime reçus:
    15
    Avant toute chose, Je me dois de présenter ma fonction dans ce fabuleux royaume qu'est celui de la Téméria. Je suis l'archiviste royal et mon rôle et de retranscrire l'Histoire des hommes les plus glorieux de la Téméria pour nous et pour les générations futures.
    Pourquoi maintenant? me diriez-vous; pourquoi raconter notre histoire? Tout simplement grâce à la découverte d'une ancienne bibliothèque datant d'au moins 4 siècles et je me dois de traduires ces écrits dans la langue commune.
    La première histoire que je vais vous raconter est celle de Vanhemar, héros de la Téméria, que tout le monde connais et qui est même dans le Panthéon témérien. Certe tout le monde le connais mais personne ne se rappelle pourquoi il est devenu, un héros.

    Vanhemar: le héros de Sodden
    De 1239 à 1268, les royaumes du Nord, dont la Téméria, sont en guerre contre les royaumes du Sud notamment le royaume des Daynes. Cette guerre est connue sous le nom de "Guerre Nordique". La guerre se termina en 1268 après la Bataille du Mont Sodden où Vanhemar, commandant témerien acquit le titre de Héros du Royaume. Cette bataille opposa les forces témériennes aux forces daynes.
    Nos troupes étaient menées par notre roi AyCoca, il venait juste d'avoir la couronne et cette bataille devait être l'occasion d'affirmer sa force et de prouver sa légitimité auprès de ses troupes. C'était à l'aube, l'automne arrivait et les feuilles tombaient devant les soldats en rang devant notre roi. Le roi décida de se battre auprès de ses soldats, il descendit de son cheval pour se ranger près du porte drapeau de notre armée. Il savait que nous étions en sous nombres face aux daynes; 7000 témériens face à 10000 daynes. Mais notre roi avait fait un pacte avec une compagnie mercenaires du nord: les LH qui devait nous rejoindre avec environ 6000 soldats pour affronter les daynes.
    Les daynes se tenaient face à nos troupes, ils étaient mieux organisés, mieux préparés que nous. A cette époque la Téméria n'avait pas d'armée de métier. ils avancèrent vers nous, drapeau levé, on entendait leurs tambours et leurs chants. Notre armée n'était pas aussi motivée mais les LH devaient arrivés sous peu, ce qui allait faire changer la balance à notre avantage. Le roi envoya une escorte pour accueillir les LH qu'on apercevait à l'orée des bois qui se situaient derrière nous.
    Notre escorte se fit massacrer par les LH... Les daynes les avaient payés pour se retourner contre nous. On se retrouvait donc maintenant encercler par deux armées et le moral des troupes commenca à flancher au moment où nos lignes rentrèrent en contact avec les daynes. Le roi était toujours au milieu de ses troupes, maintenant autant qu'il pouvait le moral des soldats. C'était une vrai boucherie les hommes tombaient, formant des montagnes de cadavres. Les oiseaux s'étaient regroupés au dessus de nos têtes, savourant à l'avance le festin à venir. Les LH se rapprochèrent, ils nous chargaient sans organisation car la victoire était déjà leur.
    Ce fût à cette instant de désespoir où les lignes témeriennes flanchèrent, où les daynes marchaient sur notre drapeau tombait que notre salut arriva. Sortant des bois, Vanhemar, à la tête de 4000 cavaliers témeriens chargea les LH. Ils ne tinrent pas longtemps face à la force de notre cavalerie lourde. Vanhemar lacha ses armes, prit un drapeau témerien et fonça vers notre ligne d'infanterie. Les soldats témériens en fuite reprirent confiance à la vue de notre commandant qui criait: " Tenez la ligne ! Tenez la !" et avec le courage de nos soldats et la force de notre cavalerie, la Téméria repoussa les daynes et cette victoire marqua la fin de cette guerre.
    Aujourd'hui Vanhemar repose au Panthéon témérien auprès d'illustre héros comme lui tel que Semtenza le pourfendeur de dragons. Jamais la Téméria n'oublia l'acte de Vanhemar. Jamais elle ne l'oubliera.
     

Partager cette page